SOFEC

Société Scientifique dédiée à la Chiropraxie,
aux thérapies manuelles et aux traitements conservateurs de la colonne vertébrale et des articulations periphériques.

En savoir plus

 

La manipulation est-elle aussi ciblée que l'on pense ?

La manipulation est-elle aussi ciblée que l'on pense ?27/01/14

Cavitation bilatérale et multiple pendant une manipulation de haute vélocité et de courte amplitude de rachis cervical supérieur.

(Bilateral and multiple cavitations sounds duing upper cervical thrust manipulation)

James DunningFiras MouradMarco BarberoDiego LeoniCorrado Cescon and Raymond Butts

BMC Musculoskeletal Disorders 2013; 14: 24.

 

Contexte :

 

Le claquement ou craquement articulaire produit pendant la manipulation vertebrale (ou ajustement) est un bruit connu  des chiropracteurs,  ostéopathes ou des physiothérapeutes. La théorie la plus répandue concernant son origine est le modèle de cavitation proposé par Unsworth en 1971, selon lequel une augmentation rapide du volume intra-articulaire crée une zone de depression alors remplie de liquide synovial conduisant à l'éclatement de bulles de CO2 expliquant l'audible. Plusieurs praticiens et patients considèrent qu'une manipulation est réussie si elle s'accompagne de ce bruit articulaire. Alors qu'il n'est pas rare qu'un ajustement s'accompagne de plusieurs bruits de cavitation, la question de l'origine de ce bruit (c’est à dire de l'articulation manipulée ou d'une articulation adjacente) reste sans réponse.  Seuls 2 études ce sont intéressées  à la question.

 

Méthode :

 

Cette étude se propose de déterminer le côté , la durée et le nombre de cavitations produites lors d'une manipulation des hautes cervicales . 19 sujets asymptomatiques sont manipulés bilatéralement  (manipulation de haute vitesse, courte amplitude en rotation) en C1/C2.  Des micros ont été fixés sur la peau des 2 côtés en regard de l'apophyse transverse de C1, et le signal sonore a été enregistré. Le spectrogramme a ensuite été analysé par un logiciel spécialisé.

 

Critères d'inclusion : Absence de cervicalgie sur les 3 derniers mois, entre 18 et 70 ans.

 

Critères d'exclusion : Présence de drapeaux rouges (tumeur, fracture, pathologie inflammatoire, ostéoporose, hypertension artérielle, corticothérapie au long cours, etc ..). signes de compression radiculaire, diagnostic de sténose rachidienne cervicale, symptômes aux 2 membres supérieurs, signe d'atteinte du système nerveux central, antécédent de coup du lapin dans les 3 derniers mois, antécédent de chirurgie cervical ou thoracique.

 

Opérateur : un physiothérapeute avec 12 ans d'expérience dans la pratique des manipulations vertébrales des hautes cervicales.

 

Résultats :

 

Une cavitation a été retrouvée des 2 côtés dans 34 (91.9%) des 37 manipulations, alors qu'elle a été retrouvée unilatéralement chez seulement 3 (8,1%) des manipulations. En conclusion la cavitation fut significativement (P < 0,001) enregistrée bilatéralement et non unilatéralement. Sur les 132 cavitations, 72 se sont produites ispilatéralement et 60 controlatéralement au côté manipulé. En d'autres mots, la cavitation ne se produit pas plus ispilateralement que controlateralement au côté de la manipulation (p = 0.294).

Le nombre moyen de cavitations par manipulation C1/C2 est de  6.95 (IC à 95 % : 6.11-7,79). La durée moyenne d'un bruit de cavitation est de 5.66 ms (IC à 95 % : 5.36-5.96) et la durée moyenne d'une manipulation est de 96.95 ms (IC à 95 % : 57.20-136.71)

 

Limites de l'étude :

 

Les résultats obtenus au niveau des hautes cervicales peuvent ne pas être généralisables aux segments inférieurs, ou à l'ensemble des techniques de manipulation ( ex sur des amplitudes différentes ou  avec des bras de levier différents).

 

Un seul opérateur a effectué les manipulations. On peut alors imaginer que la force, la direction, la technique ne seraient pas identiques si les manipulations étaient réalisées par un autre opérateur. C'est une des limites classiques rencontrées dans la recherche en thérapie manuelle . Les cliniciens sont aussi différents qu'ils sont des individus différents. Néanmoins ceci n'est pas un argument suffisant pour invalider les résultats de cette étude.

 

La force de cette étude réside dans une méthodologie parfaitement explicitée par les auteurs, du schéma d’étude (« design » et au traitement des données. 

 

Application clinique :

 

Des recherches précédentes ont indiqué que la cavitation survenait de manière significative au niveau des articulations facettaires controlaterales au côté de la manipulation. Cette dernière étude réfute ces résultats, en démontrant que la cavitation se réalise très largement des 2 côtés, du moins pour ce qui concerne la région des hautes cervicales.  Les manipulations réalisées dans les études précédentes ont été réalisées au niveau de l'étage C3/4. Ceci pourrait expliquer la différence des résultats. Néanmoins l'approche traditionnelle en thérapie manuelle, consistant à cibler une seule des facettes qu'elle soit homolaterale ou controlatérale semble peu réaliste !

 

Les auteurs de cette étude suggèrent que la probabilité de déclencher qu'une seule cavitation en ajustant C1/2 est très faible, et qu'un ajustement s'accompagne en moyenne de 3 à 4 cavitations. Ceci semble correspondre à ce que constate la plupart des cliniciens réalisant des manipulations vertébrales en pratique quotidienne.

 

Cyril Fischhoff, DC, MSc (Stud)