SOFEC

Société Scientifique dédiée à la Chiropraxie,
aux thérapies manuelles et aux traitements conservateurs de la colonne vertébrale et des articulations periphériques.

En savoir plus

 

Comparaison entre médecin et chiropracteur Suisse dans la prise en charge de certaines pathologies musculo-squelettiques

Comparaison entre médecin et chiropracteur Suisse dans la prise en charge de certaines pathologies musculo-squelettiques20/10/15

First-Contact Care With a Medical vs Chiropractic Provider After Consultation With a Swiss Telemedicine Provider: Comparison of Outcomes, Patient Satisfaction, and Health Care Costs in Spinal, Hip, and Shoulder Pain Patients.

 

 

Soins initiés par un médecin ou un chiropraticien, suite à une consultation de télémédecine en Suisse : comparaison des résultats, de la satisfaction des patients et des dépenses de santé pour des douleurs concernant le rachis, les hanches et les épaules.

 

Objectifs:

Comparer les résultats, la satisfaction des patients et les dépenses de santé pour des patients se plaignant de douleurs rachidiennes, de hanches et d’épaules, selon qu’ils aient consulté en 1er lieu un médecin ou un chiropraticien, en Suisse.

 

Contexte:

Les douleurs musculosquelettiques et notamment les douleurs de « dos » (rachis) sont un enjeu majeur en Suisse et dans le monde, ils représentent un coût énorme pour la société (consultations, traitements, arrêts de travail…). Les consultations de premier recours, remboursées par l’assurance santé obligatoire suisse, pour des douleurs musculosquelettiques, sont effectuées par 2 professionnels médicaux : soit par un médecin, soit par un chiropraticien. Même si ces 2 professionnels de santé peuvent co-manager les patients avec d’autres professionnels médicaux et/ou paramédicaux, la prise en charge peut varier selon qui a été consulté en 1er. Par exemple, en cas de rachialgie commune aiguë,  le médecin prescrit plutôt des médicaments (anti-inflammatoires, myorelaxants et antalgiques), tandis que le chiropraticien favorise les manipulations vertébrales.

 

Méthode:

Étude rétrospective à 2 cohortes : variable = médecin (MD) ou chiropraticien  (DC) lors de la consultation initiale. Ont été exclus de l’étude les patients ayant des symptômes relevant des urgences médicales ou dont la plainte principale n’était pas musculosquelettique. Modalité : questionnaire envoyé à des patients ayant eu recours à un service de télémédecine 4 mois auparavant et calcul du total des dépenses de santé liées à cette plainte pendant cette période. Le questionnaire inclut les caractéristiques cliniques,  l’impression globale de changement, l’évolution de la douleur, le nombre de jours d’arrêt de travail, les niveaux de satisfaction (soins, résultats). 

 

Résultats:

Échantillons de 403 patients chez un MD et 316 chez un DC en consultation initiale. Les patients ayant initialement consulté un MD ont eu une diminution significativement plus faible sur l’échelle numérique de la douleur (différence de 0,32), un niveau de satisfaction significativement plus faible des soins (odds ratio = 1,79) et des résultats des soins (odds ratio = 1,52). Pas de différence significative sur l’impression globale de changement du patient (PGIC). Les dépenses de santé au terme des 4 mois étaient significativement plus faibles lorsque la consultation initiale fut effectuée par un DC (368CHF, ndt 337€).

 

 

Conclusion et applications pratiques:

Cette étude trouve que les patients se plaignant de douleurs du rachis, des hanches et des épaules ont eu cliniquement un soulagement similaire pour des dépenses de santé plus faibles lorsque c’est un chiropraticien qui a initié la prise en charge par rapport à un médecin. Les patients consultant initialement un chiropraticien ont eu des niveaux de satisfactions plus élevés que ceux consultant un médecin en première instance.

 

Vincent Guyot D.C